L'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits des femmes sont les seules causes des malheurs publics (Olympe de GOUGES)
 

  " LA DERNIERE COLONIE "

Après le naufrage de la société sous domination masculine, les femmes se révoltent contre les violences dont elles sont victimes, abolissent le mariage, et disputent âprement, loin de tout marivaudage, de la libre disposition de leur corps, d'une juste répartition des droits et pouvoirs et des rôles au sein de la république, et de l'accès libre et égal, sans distinction de sexe, au savoir et à tous les emplois.

Peu entendu en son temps ... comme du nôtre, ce propos demeure, dans une langue admirable, d'une actualité dramatique intacte :

Décembre 1750 : " Des femmes avocates ? Vous n'y songez pas, la gravité de la magistrature et la décence du barreau ne s'accorderaient jamais ... " (Hermocrate dans LA COLONIE)

Décembre 2012 ! : " Est-ce qu'une femme a les capacités pour le faire ? D'après moi, il faut avoir des épaules larges ..." (Pierre BLAZY, pénaliste au barreau de Bordeaux, après l'accession d'une femme à la tête de l'Ordre régional des avocats)

Il est grand temps que les femmes de tous pays se lèvent pour l'émancipation du dernier continent de la planète qui ne soit pas encore ... décolonisé !

P.S. Nous remercions Amy MEYERS (WISCONSIN, USA), pour la photographie ci-dessus.

Ce site est propulsé par Viaduc